Etes-vous un administrateur qui tracte?

A 55 ans, Paul vient de rejoindre le conseil d’administration d’une grosse association

Elle emploie plus de 300 collaborateurs, avec un rayonnement de portée régionale pour plusieurs milliers de clients.

C’est le petit jeune de l’équipe et il est pressenti pour prendre la présidence, un jour, dans cette organisation.

Au fil des semaines, il découvre un conseil d’administration charmant, qui l’accueille chaleureusement ; mais aussi que… :

  • Ses homologues administrateurs sont passifs, au bon cœur certes, face au président établi de longue date,
  • La préparation des sujets est bâclée, tout comme la profondeur des échanges en conseil… et de mauvaises décisions sont prises…
  • Jusqu’au recrutement et suivi du dernier directeur, véritable hémorragie qui a fait pendant de nombreux mois beaucoup de mal aux équipes et au projet.

Et c’est que cette histoire finit par poser des problèmes à Paul !

  1. Il engloutit une énergie de plus en plus colossale pour organiser des « préparations » en tout genre pour fédérer les uns et les autres en amont des conseils. Voire des « préparations de préparations »…trop souvent défaites en conseil d’un geste par le président.
  2. Il se sent dessaisi de l’exercice de sa responsabilité personnelle dans ce contexte, certes cordial, mais pas vraiment authentique.
  3. L’image renvoyée à l’extérieur, d’une équipe rigide, « vieille école », et fermée est délétère. Et c’est un gâchis phénoménal alors que un des enjeux majeurs du conseil, vu son ancienneté, est de se renouveler avec des profils jeunes et de qualité.
  4. C’est un gâchis car les enjeux sociétaux et environnementaux les enjoignent de sortir du toujours plus pour approfondir le toujours mieux ; bref d’embrasser des logiques de pensée complexe, qu’un seul ego même brillant ne peut détenir seul…
  5. Et puis très concrètement, ces situations sont épuisantes, aussi bien en charge mentale que physique !

Et pourtant… Paul, était dirigeant d’une entreprise de plus de 1000 collaborateurs, filiale d’un groupe multinational d’envergure.

Mais là il se sent démuni.

Comment ne pas baisser les bras et laisser filer?

Ça le fait « sourire », il se sent aussi démuni qu’une de ses filles (qui ne manque pas de le lui rappeler !), qui a rejoint une startup propulsée au rang des boites « innovantes, sympas et bienveillantes » mais où la dureté des « leaders » est difficile à vivre au quotidien par beaucoup.

Recevez mes emails privés :

En vous inscrivant, vous recevrez mes emails privés. Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en 1 clic depuis n'importe lequel de mes emails.

Alors comment ?

Comment permettre à chacun, lui le premier, de prendre sa place pleine et entière autour de la table ?

Comment prendre sa part de pouvoir et de responsabilité?

Comment ne pas rester sur cette mauvaise pente ?

Comment ne pas baisser les bras et laisser filer ? Basculer d’un esprit de mondanité à un esprit d’authentique fraternité, au service d’un projet juste, vrai et beau qui dépasse chacun ?

Comment ne pas baisser les bras et laisser filer ? Installer des échanges authentiques et participatifs dont on voit les effet à court terme… et qui façonnent les équipes sur le temps long avec humanité et profondeur ?

Comment ne pas baisser les bras et laisser filer ? Construire une page dont il pourra être fier ? Et peut-être même transmettre cette sagesse à sa fille,… et aux autres ?

Peut-être que comme Paul, ces situations et cette soif vous parlent ? Surtout dans ce temps complexe et incertain ?

Peut-être que comme Paul, vous vous surprenez à avoir ce rêve, que des gens « raisonnables » qualifient trop vite à votre place d’utopie inaccessible, dans votre vie, à vous?

Peut-être que comme Paul, vous vous surprenez à imaginer le bien , le mieux pour vous d’abord : en santé, en réussite, en plaisir à bien travailler et à être pleinement acteur du bien commun.

Alors si vous êtes comme Paul, vous pouvez rejoindre la nouvelle avant-garde.

Celle qui inverse la pente.

Celle qui reprend sa part de pouvoir.

C’est ici.



En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir nos news. Aucun spam ni cession à des tiers.
Désinscription en 1 clic depuis n'importe lequel de ces emails.